Liste des articles Comptabilité Décryptage des différents modes de reconnaissance de CA

Décryptage des différents modes de reconnaissance de CA

Par Jérémie Terol Directeur Marketing - Akuiteo SAS

Publié le : 13 juillet 2023

Mis à jour le : 13 juillet 2023

Décryptage des différents modes de reconnaissance du chiffre d'affaires
Vous le savez, si une entreprise propose une gamme variée de produits ou prestations, il y a de fortes chances que plusieurs modes de reconnaissance entrent en jeu. Et même lorsqu’on applique exclusivement la reconnaissance à l’avancement, là encore, la méthode universelle n’existe pas. Besoins spécifiques, normes en vigueur... La reconnaissance de CA ne s'improvise pas. Prêt à clarifier les choses ?

Quels modes de reconnaissance de CA pour votre entreprise ?

L'influence de votre offre sur la méthode de reconnaissance

Le mode de reconnaissance approprié dépend en grande partie des produits ou prestations que vous proposez, ainsi que de leurs caractéristiques. Ces facteurs jouent un rôle clé dans la détermination de la méthode de calcul qui, pour rappel, est imposée par le commissaire aux comptes ou votre expert comptable.

Bien expliquer la règle choisie et les raisons qui justifient son application est obligatoire ! Vous devez ainsi fournir des informations précises sur les données utilisées – celles qui vous ont permis d’obtenir vos résultats.

Les différents modes de reconnaissance de CA sont adaptés dans le cas suivant :

  • l’avancement pour les prestations de services, où la progression de la réalisation est un élément clé ;
  • l’achèvement pour des licences, où le transfert de propriété est le facteur décisif ;
  • le prorata pour des contrats de maintenance ou d'abonnement, où la période est prise en compte.

En considérant les spécificités de votre activité, vous pourrez choisir le mode de reconnaissance qui convient le mieux à votre entreprise. Besoin de concret ? Prenons l’exemple d’un éditeur de logiciels :

  • vente d’une prestation = reconnaissance à l’avancement ;
  • vente d’une licence = reconnaissance à l’achèvement  ;
  • vente d’une maintenance = prorata.
Point de vigilance

Dans un contrat au forfait, la facturation est déterminée à l'avance pour une prestation et un temps donné. Conséquence ? Il n'y a pas d’évolution de trésorerie avant la réalisation du premier jalon d'accompagnement. Même si un acompte est perçu en début de prestation, il ne sera pas considéré comme du chiffre d'affaires.

Les modes de calcul de reconnaissance à l'avancement

Votre reconnaissance à l'avancement peut être calculée de manière réelle ou théorique. Là encore, tout dépend de votre activité. Par exemple, dans les domaines du conseil, de l'audit ou de l'édition, elle est souvent déterminée de manière théorique. Dans ce cas, le calcul est réalisé sur la base du nombre de jours consommés.

En revanche, pour les bureaux d'ingénierie, une évaluation « au réel » est plus adéquate. Le calcul varie alors en fonction du nombre de jours valorisés – c'est-à-dire des euros consommés.

Dans certains cas (plus rares), l’avancement est basé sur l’avancement des charges. Le calcul prendra par exemple en compte les dépenses de sous-traitance. Cette approche est plus appropriée lorsque les charges sont prépondérantes par rapport à la main-d'œuvre.

À retenir

Optez pour le mode de reconnaissance qui correspond le mieux à votre modèle d’activité. Vous assurerez un suivi efficace de la rentabilité de vos projets.

L’ERP : la solution pour faire cohabiter vos différents modes de reconnaissance ?

La cohabitation des modes de reconnaissance : un défi à relever

Lorsque plusieurs modes de reconnaissance de CA coexistent au sein de votre entreprise, plusieurs défis doivent être relevésaux niveaux comptable et opérationnel.

Ces conséquences opérationnelles sont souvent la cause du retard de la clôture comptable. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’en cas de constat de FAE ou de PCA, la direction financière devra jongler entre plusieurs outils et sources de données pour en comprendre l’origine et ainsi pouvoir les justifier.

Ainsi, si cette cohabitation n’est pas prise en compte dans votre mode de fonctionnement, le risque d'incohérences et de difficultés dans le suivi du chiffre d'affaires global de l'entreprise est bien réel.

Concilier vos modes de reconnaissances avec l'ERP !

Pour faire face à ces défis et gérer efficacement votre comptabilité, l'utilisation d'une solution ERP intégrée est idéale. Vous avez la possibilité, dans un même outil, de contrôler les différentes méthodes de reconnaissance et ainsi réconcilier leurs règles de calcul.

Cette cohabitation doit être prise en compte dès l'intégration de la solution, vous pourrez ainsi paramétrer chacun de vos produits en choisissant directement les méthodes de reconnaissance correspondantes. Car là encore, c'est le produit qui détermine la méthode la plus appropriée.

À chaque situation, plus besoin de passer par une recherche fastidieuse d'informations dispersées entre plusieurs outils ! Le DAF a désormais accès à toutes les données à un seul endroit, une donnée qui est de plus légitimée aux yeux de votre commissaire aux comptes. En effet, elle sera soutenue par l’historisation des informations relatives à la gestion de projet.

En quelques clics, il peut obtenir des écritures comptables réconciliées, regroupant l'ensemble des opérations de l'entreprise, peu importe le mode de reconnaissance appliqué. Cela lui permet de se concentrer sur des analyses à plus forte valeur ajoutée et d'approfondir les données en cas de résultats incohérents.

 

Faire rimer différents modes de reconnaissance de CA et comptabilité efficace, c’est possible. Cette cohabitation peut compliquer la tâche de votre service financier en période de clôture entraînant risques d'erreurs et tâches chronophages, mais un ERP adapté peut vous aider à surmonter ce défi. Vous souhaitez en savoir plus ?Découvrir l’ERP Akuiteo en détail

À propos de l'auteur :

Par Jérémie Terol Directeur Marketing - Akuiteo SAS