<img src="http://trker1.azalead.com/azalead_tracker/piwik.php?idsite=855&amp;rec=1" style="border:0" alt="">
Demandez une démo

L'évolution du DAF : à quoi ressemblera-t-il demain ?

Focus métier, Retours d'expériences

L'évolution du métier de DAF

La transformation digitale est sur toutes les lèvres. Aucune entreprise n’y échappe, aucun métier ne peut tourner le dos aux atouts du numérique. Pas même celui de directeur administratif et financier ! Cette fonction occupe un rôle central dans le processus de digitalisation, puisqu’elle est à l’origine des investissements qui le rendent possible. Mais cet impact se fait sentir bien au-delà du simple pouvoir de décision. C’est la fonction dans sa totalité qui est amenée à changer.

Alors, comment ce métier va-t-il évoluer dans un contexte digital fort où les données sont prépondérantes ? Régis Bonifay, DG et DAF d’Akuiteo, nous donne sa vision du métier d’aujourd’hui et du DAF du futur !

Un DAF moins technique et plus transverse

Autrefois, le directeur administratif et financier travaillait avec des données existantes, déjà traitées. Il devait réaliser des budgets, veiller à ce que les règles comptables et fiscales soient bien respectées, et exercer un contrôle interne pointu tout en participant à la direction stratégique de l’entreprise. Le métier était axé comptabilité et gestion financière, « avec une équipe composée de rôles bien définis, chacun sachant précisément ce qu’il avait à faire ». Aujourd’hui, avec le digital, la fonction s’ouvre sur d’autres tâches, missions et attributions.

S’il fallait résumer en une seule formule l’impact de la transformation digitale sur le métier de DAF, on pourrait dire que « la fonction est moins technique qu’avant, mais aussi plus transverse ».

Une évolution du métier de DAF en 5 axes

L’injection d’une plus grande dose de numérique dans la fonction finance chamboule cinq grands axes du métier.

1. La robotisation des processus comptables et financiers

L’automatisation des tâches et des procédures impacte le quotidien de la fonction finance, décuplant l’efficacité et la productivité des équipes. Celles-ci bénéficient d’une aide précieuse pour les tâches récurrentes, ce qui leur permet de se concentrer sur des missions à plus grande valeur ajoutée. L’humain est au cœur du changement : les comptables sont sollicités pour identifier les points bloquants et les contourner.

2. L’influence du big data et de l’analytics sur le pilotage de la performance

Une capacité à analyser les données et à les utiliser à bon escient sera l’une des premières compétences du directeur financier de demain. « Le DAF doit être plus prédictif : son rôle transverse l’oblige à développer une vision globale et objective de l’entreprise, bien au-delà de son pré carré financier. » En ce sens, il doit entretenir des contacts plus poussés avec les autres départements, notamment la DSI, les ventes et le service marketing. Et il doit endosser d’autres rôles, par exemple s’impliquer encore plus dans la fonction RH.


Découvrez aussi : DAF et CRM, bientôt l’amour fou ?

3. L’évolution du contrôle interne vers plus de data

Le DAF ne se contente pas d’exploiter la data : « Il devient responsable des données et garantit leur fiabilité auprès de ses collaborateurs et des autres services ». Il se charge de choisir les chiffres clés, de créer des tableaux de bord transverses, de traduire ces données brutes pour qu’elles soient compréhensibles par tous, de mettre en place des outils de « data visualisation » et de diffuser les éléments auprès des services concernés. En somme, le DAF devient le chef d’orchestre de la donnée financière, en charge de la communication et de la transmission des informations en interne. Il est passé de l’analyse rétrospective à la prédictibilité. « Ce n’est pas pour rien que le DAF est notre interlocuteur principal lorsque nous déployons un ERP », souligne Régis Bonifay. « C’est lui qui dispose de la vision la plus globale de l’entreprise. »

4. Le rôle pédagogique du DAF

La transformation digitale pousse également le directeur financier à jouer un rôle central dans l’entreprise. « Le DAF est incité à sortir de sa tour d’ivoire, à aller à la rencontre des collaborateurs dans les différents services. Parce que tout le monde ne peut pas appréhender le langage financier qui est le sien, il doit faire preuve de pédagogie et savoir se mettre au niveau de ses interlocuteurs. » Autrement dit, il doit transformer les cellules des tableaux Excel en graphiques explicites et en phrases compréhensibles par le commun des mortels. Ces nouveaux modes de travail doivent être intégrés au quotidien des équipes, existantes et futures.

5. La recherche de talents

Avec le DAF, ce sont tous les métiers tournant autour de la fonction finance qui évoluent au gré du digital. Exit les collaborateurs aux rôles bien définis, qui ne sortent surtout pas de leur zone. « Désormais, le DAF a besoin de pouvoir compter sur des individus multifonctions et pluri-compétents, qui savent évoluer avec leur temps et se poser les bonnes questions. » Alors que l’entreprise a pour mission d’accompagner ses salariés, le directeur financier doit les valoriser. Et dénicher les talents qui pourront endosser ces multiples costumes, des personnalités plus en phase avec les réalités de l’entreprise digitale.


Retrouvez le quotidien de DAF… en GIFs !

De nouvelles compétences au service de l’entreprise

Finalement, les compétences du DAF idéal changent en même temps que ses attributions. En conséquence, le directeur financier de demain devra se montrer... 

  • Pédagogue. C’est en faisant preuve de pédagogie que l’on peut traduire aisément des notions complexes et faire comprendre leur intérêt aux différentes équipes. Le DAF est garant de cette bonne compréhension. « Il contribue à créer de la confiance et à favoriser la fidélité des salariés. »
  • Adaptable. Le changement n’arrive pas par phases successives bien délimitées : il est continu. Pour cette raison, « le DAF doit savoir s’adapter aux évolutions qui s’opèrent, aussi rapides et complexes qu’elles soient ».
  • Créatif. Il y a quelques années, personne n’aurait demandé à un DAF de faire preuve de créativité. Mais aujourd’hui, « la fonction implique d’injecter une dose de risque, non seulement pour motiver les équipes actuelles, mais aussi pour aller chercher les talents dont l’entreprise a besoin ». Dans un monde où les lignes bougent sans cesse, ce type de soft skill devient la clé du succès.
  • Visionnaire. Le DAF n’est plus le « banal » chef de service qui se fond dans la foule. Au gré de l’évolution de son rôle, il est devenu un véritable bras droit de la direction. « Le directeur financier d’aujourd’hui, c’est l’homme qui souffle à l’oreille des dirigeants et des actionnaires. »

À lire également :  DAF, observez les utilisateurs de l’ERP !

Autrefois plutôt discret, le DAF joue désormais un rôle bien plus marqué dans l’entreprise. Poussé par les effets de la transformation digitale, il a quitté les coulisses pour évoluer sur scène. Auparavant occupé à regarder en arrière, il est maintenant chargé de donner une vision du futur et de fixer un cap. Mais attention à ne pas pécher par excès de confiance : les nouvelles technologies doivent toujours s’appuyer sur les bons profils. Et le DAF idéal doit pouvoir compter sur les talents adaptés !

Découvrez ERP et DAF : Histoire d'une transformation numérique réussie

Focus métier, Retours d'expériences

À propos de l'auteur

Loic Pelletier Loic Pelletier
Product Manager - Akuiteo SAS
Akuiteo

À propos d'Akuiteo

Akuiteo, c’est le logiciel de gestion des sociétés de service heureuses ! Opérations, commerce et finances : gérez toutes les dimensions de votre business par affaire et en temps réel.

En savoir +