<img src="http://trker1.azalead.com/azalead_tracker/piwik.php?idsite=855&amp;rec=1" style="border:0" alt="">

Aide au choix ERP : 8 erreurs qui font échouer les consultants

Focus métier, Votre projet ERP

consultant aide au choix erp

En tant que consultant aide au choix ERP, vous devez à la fois tempérer les exigences de votre client et vous efforcer de trouver chaussure à son pied parmi les solutions sur le marché. Voici 8 erreurs à éviter pour remplir cette mission avec succès !

Erreur n° 1 : Écouter uniquement la direction

L’état des lieux préliminaire est une phase essentielle de votre mission d’aide au choix. C’est là que vous observez l’entreprise, scrutez ses processus, évaluez ses besoins – autant de données qui vous mettront sur la voie de l’ERP le mieux adapté. C’est une opportunité en or de bâtir une vue à 360° de votre client.

Alors ne laissez pas la direction occulter votre vision des choses ! Son point de vue est déterminant et son pouvoir de décision immense (c’est elle qui vous a missionné·e et qui signera le chèque). Mais son regard ne peut pas englober l’ensemble des besoins. Descendez donc voir ce qu’il se passe du côté des opérationnels et des utilisateurs. Sondez les pratiques sur le terrain. Observez les souffrances et les frustrations. Ce sont les collaborateurs qui seront concernés au premier chef par l’outil !

Erreur n° 2 : Rester arc-bouté sur les processus existants

Votre client peut se montrer buté quant aux processus internes à respecter. Il veut que la solution s’adapte à lui plutôt que l’inverse. Mais ce n’est pas forcément parole d’Évangile : à vous de cartographier ces processus et d’identifier les points qu’un ERP performant pourrait améliorer en termes d’organisation interne.

Erreur n° 3 : Perdre beaucoup de temps sur le cahier des charges

Le cahier des charges ERP est un document très précis, faisant état des besoins de l’entreprise en les hiérarchisant : les must-have d’un côté, les nice-to-have de l’autre. Mais ce n’est pas une liste adressée au Père Noël ! Inutile d’en faire un carnet de doléances de 300 pages, ou d’y démontrer toute l’étendue de l’expertise de votre client. Si le sur-mesure n’est pas une option, il faudra bien choisir un logiciel existant et composer avec ses fonctionnalités !

Erreur n° 4 : Dresser une liste à rallonge d’éditeurs

Au moment de dresser une liste d’éditeurs d’ERP pour votre client, faites sobre : dix prestataires en vue, c’est déjà énorme ! Au-delà, vous ratissez trop large – peut-être faute d’avoir une idée précise de ce que vous cherchez ? N’hésitez pas à interroger Google par des requêtes précises, à glaner des informations auprès des comparateurs de logiciels, à lire des avis d’utilisateurs, et à benchmarker pour lorgner du côté des concurrents.


À lire : 9 étapes à suivre pour faire le bon choix d'ERP [Infographie].

Erreur n° 5 : Tourner le dos aux ERP verticaux

La tendance est à la verticalisation des logiciels de gestion, qui se spécialisent de plus en plus. Il existe sans doute un ERP spécifiquement dédié au métier de votre client ! Au lieu de regarder d’emblée du côté des généralistes (au seul prétexte qu’ils sont plus répandus et/ou mieux connus), jetez un œil à ce que proposent les solutions verticales d’éditeurs spécialisés. Ne risquez pas de passer à côté d’un ERP spécialisé, dédié au métier de votre client !

Erreur n° 6 : Tomber dans le piège du développement spécifique

Avant de demander aux éditeurs short-listés de chiffrer des développements spécifiques, assurez-vous que les fonctionnalités demandées par votre client sont absolument incontournables pour piloter son activité. Car forcer un logiciel à se plier à des besoins qu’il n’embarque pas nativement pourrait se solder par une expérience utilisateur dégradée et un client mécontent ! L’option du développement spécifique n’est donc à considérer qu’en dernier recours.

Erreur n° 7 : Survoler la phase de démonstration

L'étape de la démonstration (ou PoC) est indispensable : elle permet à votre client de voir ce qui existe sur le marché et de prendre conscience de ce qu’il est possible de faire... ou pas. Au besoin, de se faire dire par l’éditeur en personne que telle ou telle exigence est illusoire. Cela mettra votre client sur la voie du pragmatisme, tout en laissant la porte ouverte aux bonnes surprises. Une recommandation, toutefois : limitez votre shortlist à trois éditeurs ERP maximum et prenez le temps de bien creuser ce que chacun propose.

Erreur n° 8 : Disparaître dans la nature une fois l’ERP choisi

Votre mission terminée, n’abandonnez pas votre client pour autant. L’aide au choix ERP, c’est aussi un accompagnement dans la durée. L’entreprise a encore besoin de votre expertise et de votre savoir-faire : en lui montrant la continuité du processus, de la sélection d’un ERP à son déploiement, vous lui indiquez la bonne route à suivre et garantissez la réussite de son projet !


À lire aussi : Comment bien cadrer la relation entre client et éditeur ERP ?

Pour mener à bien votre mission d’aide au choix, la clé du succès réside dans un mélange d’ouverture d’esprit et de rigueur. Soyez réceptif aux solutions existantes et aux propositions des acteurs du marché tout en faisant bien la part des choses parmi les souhaits de votre client. C’est à cette condition que vous ferez la preuve de votre expertise et de votre valeur ajoutée !

 

Demandez une démonstration de l'ERP Akuiteo !

 

Focus métier, Votre projet ERP

À propos de l'auteur

Loic Pelletier Loic Pelletier
Chef de produit - Akuiteo SAS
Akuiteo

À propos d'Akuiteo

Akuiteo, c’est le logiciel de gestion des sociétés de service heureuses ! Opérations, commerce et finances : gérez toutes les dimensions de votre business par affaire et en temps réel.

En savoir +