Demandez une démo

Les 4 stratégies possibles de déploiement d’un logiciel ERP

Votre projet ERP, Déploiement ERP

La mise en place d'un ERP peut s'opérer de manière graduelle (par modules fonctionnels, par processus, sur un périmètre métier et/ou géographique restreint) ou bien de façon globale, en utilisant la totalité du progiciel à partir d'une date de "go live" unique. Le choix de la stratégie est de toute façon conditionné par les besoins fonctionnels et les impératifs du client.

Strategie-deploiement-logiciel-ERP.jpg

1. Stratégie du "big bang" 

En général, elle fait suite à une demande client du type : « Je veux qu'à telle date tout fonctionne ! ». Cet impératif peut être dû à l'arrêt de l'ancienne solution par exemple ou à une contrainte organisationnelle. Tous les lots sont lancés en même temps et les formations des "key-users" s'enchaînent. Cette méthode nécessite un gros travail en amont du projet avec le risque d’être facilement débordé si certaines fonctionnalités rencontrent des problèmes lors de la mise en route. C'est de loin la méthode de déploiement la plus risquée.

Le risque vient également de l'éventuelle impatience de l'équipe projet qui ne voit pas l'ERP venir, car il est forcément plus long de délivrer l'ensemble du périmètre fonctionnel. La conduite du changement se complexifie puisque la communication de début de projet ne trouve pas d'écho concret pendant plusieurs mois.

Toutefois, cette méthode de déploiement permet de bien gérer l’impact que peuvent avoir les modules entre eux, puisque tous sont démarrés simultanément. 

2. Stratégie du pilote

Si l’ERP gère le multi-entités, il est possible de le mettre en place seulement sur une société, une zone géographique ou encore une business-unit. On parle alors de « pilote ».

Cette approche permet de valider et d'éprouver l'ensemble des processus à mettre en place sur une entité. Une fois que tout est validé, on peut lancer le déploiement sur les autres entités. On aura ainsi la possibilité d'étendre le périmètre en termes d'effectifs à condition que les autres sociétés appliquent les mêmes processus : le pilote se doit d’être réplicable.

Cette approche est souvent adoptée, car elle permet d’éprouver le déploiement tout en limitant les éventuels impacts négatifs. C’est un moyen de le sécuriser.


À lire aussi : Pourquoi privilégier un éditeur-intégrateur pour son ERP ?

3. Stratégie incrémentale

On identifie plusieurs thèmes fonctionnels, regroupés par lots, que l'on va positionner dans le temps. On peut, par exemple, commencer par le lot "notes de frais", le paramétrer, réaliser les formations pour le valider et l'envoyer en production.

On évite ainsi de surcharger les équipes, chez l'éditeur comme chez le client, avec de trop nombreuses informations à gérer. C'est aussi un bon moyen de valoriser les succès, car chaque intégration de lot est une réussite sur laquelle on peut communiquer.

Cette méthode est assez positive en termes de conduite du changement. L'aspect progressif de l'intégration permet une meilleure appropriation de l'outil, car les utilisateurs s'en servent pour une "tâche" qu'ils maîtrisent, ensuite pour une autre et ainsi de suite.

Le risque d'une mise en place par incréments réside dans les possibles interférences entre les lots qui n'ont pas été anticipées et qui, de fait, nécessitent des boucles de validation supplémentaires.

4. Stratégie combinée

Vous l’aurez compris, il est aussi possible de combiner plusieurs méthodes en optant par exemple pour un déploiement incrémental sur des entités « pilote ». Une fois un périmètre fonctionnel déployé sur la première entité, on le duplique sur les autres entités. Puis on passe au périmètre fonctionnel suivant que l’on réplique et ainsi de suite jusqu’à la mise en place de l’ensemble. 

Très progressif, ce type de stratégie ménage beaucoup les utilisateurs vis-à-vis du changement et est extrêmement sécurisante : les problèmes ont le temps d’être identifiés avant qu’ils ne produisent trop de conséquences. Attention toutefois, à son impact sur le délai total de déploiement de la solution : trop découper n’incite pas à la rapidité.

La stratégie préférée du chef de projet :

Eh bien il n’en y a pas ! Du moins, il en y aura une en fonction des projets et des priorités du client. De manière générale, la stratégie incrémentale est souvent adoptée, mais dès que le projet concerne de très nombreuses entités, le recours à un pilote est quasi-obligatoire. Le big-bang, lui, est encore largement pratiqué, mais plus souvent dans les sociétés de taille moins importante.

En conclusion, il est effectivement de la responsabilité du chef de projet d’apprécier le contexte de chaque projet et de définir en conséquence la stratégie la plus adaptée. Un subtil équilibre entre sécurité et performance en somme…

 

Pour en savoir plus sur le déploiement d’un logiciel ERP, découvrez notre ebook :

Découvrez ERP et DAF : Histoire d'une transformation numérique réussie

Votre projet ERP, Déploiement ERP

À propos de l'auteur

Julien Costerg Julien Costerg
Directeur marketing et commercial - Akuiteo SAS
Akuiteo

À propos d'Akuiteo

Akuiteo, c’est le logiciel de gestion des sociétés de service heureuses ! Opérations, commerce et finances : gérez toutes les dimensions de votre business par affaire et en temps réel.

En savoir +